Histoire de la maison, papoteries au coin du feu...

 

C'était au temps des Papes avignonnais, au XIVème siècle.

Savez-vous qui s'allia à Catherine de Burgondian pour s'établir à L'Isle, en Comtat Venaissin ? Je vous le dis en confidence, il se nommait Hermand Barthelier. L'histoire ne dit pas si ce noble et robuste guerrier bavarois vint à l'Isle par hasard ou par nécessité, mais nous savons qu'il y acquit des biens et y fit construire sa résidence, là même où nous papotons aujourd'hui.

Son testament du 3 février 1363 nous apprend qu'il portait le titre de Chevalier du Saint Empire Romain et de Chambellan de l'empereur Louis. Sa famille s'est distinguée non seulement dans les croisades d'orient mais encore dans celles que la noblesse allemande fit aux Prussiens.

La famille Barthelier a prospéré à l'Isle et a participé à plusieurs reprises à la conduite des affaires de la ville. A l'Isle, les nobles sont en assez grand nombre, ils sont influents, proches des autres classes sociales, possèdent de beaux appartements et des hôtels somptueusement meublés. Ce sont de riches propriétaires terriens.

En 1788, à la veille de la révolution, De Barthelier Venasque possède 57 ha de terres agricoles et des granges de la Barthelière à Puyverain, sur la route de Caumont, des granges et des terres aux Costières…

Les Barthelier ont donné des gens d'église : Françoise de Barthelier est née à L'Isle en 1573,
elle est morte à Paris en odeur de Sainteté, le 1er septembre 1645, après avoir institué plusieurs maisons des Dames d'Elysabeth, du tiers ordre de Saint François, dont le couvent maison mère se trouvait sur l'emplacement de l'actuel garage Manni entre autres.

Depuis François 1er, les habitants d'Avignon et du Comtat jouissaient en France du privilège de rignicoles. A ce titre, la noblesse y servait le roi.
François Pompée Libéral de Barthelier Venasque, né le 26 juillet 1743, est lieutenant au régiment de Vermandois. Dans son testament du 18 octobre 1822, il se désigne comme ancien capitaine d'infanterie, Chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint Louis. Son père, Claude Pompée François de Barthelier, co-seigneur de Venasque, avait épousé le 6 octobre 1742, Madeleine de Silvan, noble dame du Thor.

C'est elle qui, à 74 ans, durant l'année 1794, va prendre, avec un bel acharnement la défense de son fils aimé, immobilisé à Mahon (Baléares) pour raison de santé, réputé "émigré", dont les biens sont séquestrés, à l'exception de ceux distraits par sa femme, Marie-Thérèse Rosalie de Varvarenne, qui obtient le divorce (23 Pluviose de l'an II). François Pompée Libéral mourut à l'Isle
le 11 février 1824, sans enfant, après avoir été amnistié et réinvesti dans sa maison.

La Maison sur la Sorgue appartint par la suite à différents propriétaires :
Alphonse Crousnilhon, le cousin, 1824
Joseph de Bressy, 1826
Famille Rousset, 1933
Baptistin Bernard,1934
Aimé Léautier, 1941
Marie-Claude et Frédéric, 2002

En 1714, la maison des Barthelier s'était agrandie, par héritage, de celle des De La Forestie, leur oncle. En 1856, Joseph de Bressy a vendu à la commune de l'Isle, représenté par son maire Alexandre Courbet, la partie sud de la propriété, une maison avec deux cours, jardins et dépendances, pour y faire une école.

Après la démolition de l'école dans les années 60, ne subsiste que la Maison sur la Sorgue, mitoyenne de la nouvelle place Rose Goudard, admirablement restaurée, dans l'esprit de la noble demeure des Barthelier, en 2004.

Texte écrit par Claude Marseille, le 29 novembre 2004

 

LA MAISON SUR LA SORGUE
6, rue Rose Goudard - 84 800 L'Isle sur la Sorgue
TEL. +33-490-207-486 - FAX +33-490-207-266
lamaisonsurlasorgue@wanadoo.fr